Les autres lieux culturels La villa Eilenroc

La Villa Eilenroc

Naissance d'un mythe

villaeilenrocEn 1860, il est de bon ton pour la grande société du nord de l'Europe, de passer l'hiver sur la Riviera. Le riche hollandais Hugh-Hope Loudon achète donc le terrain du Cap pour y faire édifier une luxueuse résidence qui sera achevée en 1867. Elle s'appellera Eilenroc, anagramme de Cornélie, prénom de l'épouse de M. Loudon.

À cette époque, le parc de la propriété n'est encore qu'une garrigue, ce n'est que six plus tard, en 1873, lorsque la propriété est cédée, avec tout son mobilier, à James Wyllie, un riche écossais de retour des Indes, que ce dernier y fait aménager un décor végétal exceptionnel par des jardiniers aussi célèbres que Ringuisen. Dès cette époque, on visite le parc devenu réputé. James Wyllie meurt en 1908. Il était devenu un antibois de cœur, contribuant aux œuvres de bienfaisance et laissant un généreux legs à notre ville. Après la disparition de James Wyllie, Sir Coleridge Kennard devint l'heureux propriétaire des lieux. Monsieur et Madame Sudreau lui succédèrent.

En 1927, la villa devient la propriété de M. Beaumont et de son épouse en même temps qu'une partie du mobilier. Louis-Dudley Beaumont était un richissime homme d'affaires américain qui venait d'épouser en Europe une jeune soprano. Son épouse, mondaine et très belle, poursuivra son œuvre charitable.

Le couple fit appel à de jeunes artistes contemporains pour restaurer et re-décorer la maison. Il y installe sa luxueuse collection de meubles et de tableaux du XVIIIe. Jacques Greber, architecte-paysagiste consultant pour l'exposition universelle de New-York en 1939, est alors appelé par M. Beaumont pour restructurer l'immense parc de 11 hectares et lui redonner toute sa splendeur. Les Beaumont organisèrent de prestigieuses réceptions où le « tout Côte d'Azur » se rendait dans les automobiles les plus luxueuses.

Une villa ouverte au public

villaeilenroc1En 1982, Madame Beaumont lègue sa propriété à la Ville d'Antibes Juan-les-Pins. La donation est assortie de conditions précises dont les plus remarquables sont : la création d'une Fondation Beaumont destinée à gérer et exploiter ce patrimoine ; l'utilisation de la propriété par la ville pour des expositions, des réceptions et l'accueil d'hôtes illustres ; l'ouverture des jardins au public. La ville d'Antibes Juan-les-Pins entreprend alors un vaste programme de restauration des bâtiments, du mobilier et des jardins.

Le 20 septembre 1985 a lieu la première véritable réception officielle et Eilenroc devient la Villa d'Honneur de la Ville. Le 7 juin 1986, M. Charles Pasqua, Ministre de l'Intérieur et le Sénateur-Maire Pierre Merli inaugurent la Fondation Beaumont en présence de nombreuses personnalités. En mars 1988, Monsieur Pierre Merli, au nom de la Fondation Beaumont, décide d'ouvrir les jardins de la Villa Eilenroc au public.

En 1998, à la demande du Député-Maire M. Leonetti, le conseil municipal vote à l'unanimité une plus grande ouverture au public des jardins et de la villa elle-même. Le projet d'éco-musée naît enfin avec la reconstitution d'une exploitation horticole des années 20.

En 2003, la Ville inaugure la création d'une roseraie de 1000 plants qui réunit sur un même site les variétés des rosiers produites et couramment cultivées sur la Côte d'Azur.

En 2004, pour parachever ce projet en conformité avec les souhaits de la Fondation Beaumont, l'éco-musée est créé et vient compléter l'oliveraie et la roseraie.

En 2011, un jardin des senteurs a été créé à l'entrée de la roseraie. De plus, le sentier du littoral permet d'effectuer une ballade de 3,7 km entre la plage de la villa Eilenroc et l'Anse de la Garoupe. Les promeneurs peuvent ainsi apprécier le panorama exceptionnel en longeant le Cap d'Antibes et la Villa ou effectuer une halte dans la petite plage de l'Anse de l'Argent faux.


460, avenue  L.D. Beaumont, 06160 Juan-Les-Pins. Tél. 04 93 67 74 33

Ouverture de la villa et des jardins:
Tous les mercredis de 14h à 17h
Les 1er et3e samedis de chaque mois de 14h à 17h

Entrée 2 €. Gratuité pour les enfants – 12 ans

Culture