Frédéric Bourdillon, un enfant de la balle

Cette saison, les Sharks d’Antibes retrouvent la PROA et l’élite du basket tricolore après une saison remarquable en PROB. Au sein de cette équipe, l’Antibois Fred Bourdillon vit son rêve. Rencontre avec un garçon passionné qui a  toujours voulu devenir professionnel…

2015 Infoville 42Le basket est une histoire de famille chez les Bourdillon.
"Mes parents ont joué au basket pendant des années notamment ma mère qui a évolué à un haut niveau. Mes grands-parents habitaient près du stade Foch et mon grand-père m’emmenait souvent pour shooter. J’ai donc commencé le basket à l’âge de 5 ans à l’Olympique" explique Fred, le meneur de jeu des Sharks.
Visiblement doué, le garçon intègre l’équipe minimes France du club avant d’être ensuite repéré et contacté par Chalon-sur-Saône. À 14 ans, Fred décide alors de quitter sa ville pour rejoindre un des meilleurs centres de formation de France et ensuite intégrer l’INSEP (Institut National du Sport, de l'Expertise et de la Performance) à Paris.

Premier contrat pro à 18 ans
"En partant si jeune d’Antibes, je savais déjà que je voulais devenir joueur professionnel. À l’INSEP, je faisais ainsi partie des 10 meilleurs français de ma génération. C’était intense car on s’entraînait deux fois par jour comme des pros sans oublier les études. Durant les vacances, j’étais en sélection nationale avec l’équipe de France U16 puis U18. Je devais assurer sur le terrain mais aussi à l’école. J’ai d’ailleurs décroché un BAC ES à 17 ans " ajoute le meneur antibois.
Sa formation terminée, Fred est alors contacté par Antibes, évoluant en PRO B, pour signer son premier contrat pro. Une proposition que le jeune homme ne peut pas refuser : "Antibes, c'est revenir jouer devant ma famille, mes amis et prouver que j'ai le niveau malgré mon jeune âge".
Pourtant, cette première expérience dans le monde professionnel ne se passe comme prévu et, au bout d’une saison, l’Antibois rejoint Chalon-sur-Saône (Pro A) puis Charleville-Mézières (Pro B) et enfin Rueil (Pro B puis N1). Meneur titulaire, Fred prouve sa valeur au point d’être élu 2e meilleur jeune du championnat et il souhaite alors retrouver un club de Pro B ou A.
Durant l’été 2014, le joueur rencontre Julien Espinosa, nouvel entraîneur des Sharks. Les deux amis discutent et une place dans l’effectif antibois lui est alors proposée. Une offre que Fred accepte : "J’étais parti sur un échec donc j’étais déterminé pour revenir dans mon club, ma ville. Je voulais prouver que j’avais évolué comme joueur. Revenir au sein des Sharks, c’était top et l’équipe, le projet, le discours m’ont plu".
L’an dernier, les Sharks réalisent un superbe parcours avec un succès lors de la 1re édition de la Leaders Cup Pro B et surtout des playoffs couronnés par une accession en Pro A. Une saison au cours de laquelle les joueurs ont fait preuve de cohésion, d’envie et ont su conquérir de nouveaux supporters. Le jeune meneur antibois est rapidement devenu un des chouchous du public et a effectué une belle saison au point d’être sélectionné en équipe de France A'.

Heureux sur la parquet
Motivé et passionné, Fred Bourdillon est surtout heureux dès qu’il foule un parquet et sa côte d’amour auprès des supporters n’est pas pour lui déplaire.
"Je suis un amoureux du basket. Évoluer à Antibes, voir une salle en feu, et être le chouchou du public, j’adore !!! Ça donne de l’envie et de l’énergie ! Je suis fier de défendre les couleurs de mon club, de ma ville, et de partager des émotions en donnant du plaisir aux gens. L’an dernier, les playoffs ont été incroyables avec un public fabuleux que je remercie. J’espère revivre de telles émotions en Pro A et réussir la saison. J’en profite pour remercier mon amie Camille, ma maman Dominique et mon beau-père Henri, mes frères Yoann et Ludovic pour leur soutien. Je suis impatient que le championnat commence" conclut le joueur des Sharks dans un large sourire qui en dit long sur son amour du jeu et son envie de gagner.
Rendez-vous est donc pris pour le dimanche 4 octobre avec le derby contre Monaco qui ouvre une saison où Fred devrait encore ravir le public antibois…

Portrait à retrouver dans l'Infoville n°42, pages 14-15

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris