Tim Blue, un Américain heu-reux à Antibes

Présent depuis 2012 au sein des Sharks, celui que ses coéquipiers surnomment “le chaman” irradie sa force tranquille au sein du groupe…

20180925 infoville60S’il est aujourd’hui une référence sur les parquets français, le pivot des Sharks n’a pourtant pas débuté par la balle orange du côté de la Floride : “J’ai commencé par jouer au baseball de l’âge de 5 ans jusqu’à 12 ans. J’ai grandi et le soir après l’école je retrouvais mes copains avec un ballon de basket sur les playgrounds… J’ai eu un coup de foudre pour ce sport mais je jouais pour le plaisir.

Une référence dans le basket français

Plus tard, Tim intègre l’équipe universitaire des Pioneers d’Indian River State en Floride puis celle des Blue Raiders de Middle Tennessee où il commence à développer son jeu, sa technique et à approfondir les fondamentaux. Devenu un “vrai” joueur de basket, il débute, en 2007, sa carrière professionnelle en Europe aux Pays Bas où il reste 3 ans, avant de rejoindre l’Allemagne puis la Finlande.
J’ai apprécié la Hollande mais moins l’Allemagne et la Finlande car la vie n’était pas facile pour moi notamment avec la météo. J’ai découvert la neige alors que je suis une personne qui adore le soleil !” avoue le natif de West Palm Beach en Floride.
À l’été 2012, Tim Blue rejoint alors les Sharks et retrouve aussi le soleil. “J’ai rencontré ma femme Muriel en Hollande et elle avait de la famille sur Nice. Elle me proposait de venir visiter la région mais cela ne s’est pas fait à l’époque. Alors quand la proposition d’Antibes est arrivée, nous n’avons pas trop hésité même si j’avais la possibilité d’aller jouer en Ukraine pour plus d’argent. Et je ne regrette pas mon choix”.
Le massif pivot (2,05 m pour 105 kg) devient très rapidement un joueur référence du championnat de France. Et depuis 6 saisons, il est un des leaders des Sharks notamment lors du titre de champion de France Pro B en 2013 ou lors de l’accession en Pro A en 2015. Fidèle au même club depuis 6 ans, Tim Blue est d’ailleurs une exception dans le basket professionnel.

Antibes, sa deuxième maison

Depuis mon arrivée, je me sens bien ici alors pourquoi changer de club, de ville ? Je joue au basket, je vis dans une ville que j’apprécie et la météo me rappelle celle de la Floride. J’aime Antibes, me promener dans les rues, aller au marché ou à la plage. Les gens me reconnaissent parfois et c’est agréable. Antibes est ma deuxième maison” poursuit Tim dans un immense sourire. Il s’est d’ailleurs marié avec Muriel dans sa ville d’adoption et son fils Cameron a vu le jour à l’hôpital de la Fontonne.
Plus tard, à la fin de sa carrière, Tim retournera en Floride, région qu’il a quittée à l’âge de 17 ans avec une envie : transmettre son savoir en entraînant de jeunes joueurs. Depuis ses débuts sous le maillot antibois, celui, que l’on surnomme parfois “Bluezay”, est apprécié de tous : supporters, coéquipiers ou entraîneurs.
Nous le surnommons le chaman en interne car il dégage une telle sérénité et une telle influence autour de lui. Il fait du bien à l’équipe juste par sa présence. C’est un des joueurs les plus charismatiques que j’ai croisé. C’est une star sans le comportement” note son entraîneur Julien Espinosa.
Malgré un coup d’arrêt la saison dernière, suite à des soucis de santé, le pivot est de retour cette saison pour porter haut les couleurs antiboises et de nouveau faire vibrer l’Azurarena.
Merci aux supporters pour leur soutien et leur amour. Je suis heureux à Antibes. Allez les Sharks !” conclut en français et toujours avec le sourire le pivot.

20180925 infoville60 1Les Sharks 2018-2019 :
0. Danny Gibson 1,78m, USA; 1. Louis Campbell 1,91m, USA; 4. Tim Blue 2,05m, USA; 10. Isaïa Cordinier 1,96m, FRA; 12. Isaac Mayembo 2m, FRA; 13. Paul Rigot 2,01m, FRA; 15. Viktor Gaddefors 2,01m, Suède; 21. Aigars Skele 1,92m, Lettonie; 22. Max Kougere 1,98m, Rép. Centrafr.; 32. Trevor Thompson 2,13m, USA; 93. Fernando Raposo 2,06m ; FRA-ALL; 99. Tom Wiscart-Goetz 1,87m ; FRA.
Staff technique : Julien Espinosa, entraîneur ; Marc Berjoan, assistant ; Jade Sage, assistant ; Kenny Grant, assistant

Portrait à retrouver dans l'Infoville n°60 pages 14-15

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris