Victor Bensimon, l'amour des bonnes tables pour credo

À la tête de la célèbre plage Keller, l’une des plus mythiques du Cap d’Antibes, le restaurateur nous fait partager son parcours professionnel exceptionnel

20180622 infoville59Quand on naît place Saint-François dans le Vieux Nice entre le marché aux poissons et la bourse au travail... On est un peu prédestiné à devenir un passionné de la restauration et à travailler dur, non ?”. Le sourire contagieux, Victor Bensimon, patron de la célèbre plage Keller et de la plage Joseph de la Garoupe au Cap d’Antibes, revient sur son parcours et sa vie d’homme.
À la tête du prestigieux établissement balnéaire à la réputation internationale, il nous livre avec la simplicité qui caractérise sa personne les secrets d’un tel succès professionnel. “Je crois que j’ai toujours eu la chance d’être un visionnaire et que la vie a mis sur mon chemin de belles rencontres qui sont autant de moments clefs de mon existence. Mais ma plus grande force je l’ai toujours puisée auprès de ma femme Dany.
La plage Keller c’est avant tout l’histoire d’un clan familial sur trois générations. À l’origine se trouve César Tecchio, le patriarche, père de Dany et propriétaire de la grande brasserie de l’Univers à Nice. De son côté, Victor grandit aussi dans une famille de commerçants.
Ses parents tiennent un stand maraîcher, place Saint-François. “À 14 ans j’arrête l’école et je rentre comme apprenti au restaurant Ciel d’Azur à l’aéroport de Nice. J’ai l’habitude d’aller avec mon père au MIN et au premier coup d’oeil je suis capable de reconnaître les bons produits frais. C’est un don qui m’a toujours servi…”. En 1973, c’est la rencontre avec Dany, le début d’une belle histoire sentimentale et professionnelle.
On s’est fait la promesse de réussir ensemble. L’un sans l’autre ça n’aurait pas marché...” César met le pied à l’étrier à son beau-fils et Victor prend des parts à l’Univers. “César m’a transmis la passion de la restauration et l’amour du travail bien fait...”. Puis Victor et Dany se lancent avec Pizza Nino, place Massena.

31 saisons à son actif

C’est mon beau-père qui le premier nous a parlé de la plage Keller. Il avait travaillé 10 ans chez Maxim’s où se produisaient les plus grandes vedettes de l’époque et était tombé amoureux de Juan-les-Pins.” C’était il y a 31 ans. Victor et Dany rachètent la plage Keller en 1988. “La restauration c’était notre partie, la plage pas du tout... On a tout appris en travaillant nuit et jour sans relâche”. La plage Keller avait été créée en 1931 par Joseph Keller, cuisinier de grand
talent mais aussi musicien à ses heures. C’est lui qui le premier transforme cette plage idyllique de la Garoupe en un lieu de fêtes et de rencontres. Parmi les premiers hôtes qui vont contribuer à faire de Keller une véritable légende, on trouve, Chaplin, Maurice Chevalier, Raimu, Pierre Dac ou encore la championne de tennis, Suzanne Lenglen. Autres convives célèbres, Churchill et Picasso s’y seraient rencontrés et auraient peint ensemble une fresque.
Après la famille Keller, la plage est gérée pendant 30 ans par Mario, puis par M. Chaix.
Quand nous reprenons la plage en 1988, c’est un cabanon au coeur du site exceptionnel de la Garoupe, mais nous n’avons pas l’électricité et le soir les gens ne s’aventurent pas jusque-là...”. Aujourd’hui la plage Keller est une institution juanaise réputée pour l’exigence de son service et la qualité de ses installations. Le restaurant “le César” est cité au Gault et Millau et au Michelin pour l’excellence de sa table et ses spécialités de poissons sauvages. “Nous travaillons avec 80 employés réguliers dont 23 cuisiniers, une clientèle internationale et locale constituée à 85% de fidèles et la confiance des plus grands établissements hôteliers du Cap. La qualité environnementale du site et des eaux de baignade est aussi un point fort de la Garoupe. Nos enfants, Philippe et Laura qui ont tous les deux fait des études dans les grandes écoles suisses de restauration nous ont rejoint. Philippe en 2009 après avoir géré le restaurant “Les Vieux Murs”, puis Laura en 2014 dont l’arrivée coïncide avec le rachat de la plage Joseph. Ils nous aident à développer l’événementiel et l’international. C’est une grande fierté de les avoir à nos côtés dans cette belle aventure professionnelle et familiale”.

L'avenir des plagistes passe par la concertation

Pendant 17 ans, Victor a présidé aux destinées du syndicat des plagistes. Il n’ignore rien de la situation actuelle et pose un avis éclairé.
Le décret de 2006 qui réglemente les plages impose des établissements démontables. Dans ce cadre légal incontournable, il est important pour les professionnels que nous sommes, les emplois et le poids économique et touristique que nous représentons, de travailler en faveur de la concertation et du dialogue. Nous l’avons bien vu quand la machine judiciaire passe, elle emporte tout sur son passage et aboutit à des situations que personne ne souhaitait...”
Quand il ne travaille pas Victor est un habitué des déambulations dans le Vieil Antibes où il a ses amis…. “Je suis associé au Michelangelo, une magnifique adresse dont toute la réussite revient à Mamo. J’ai grandi à Nice mais aujourd’hui je me suis tellement attaché à Antibes que je ne pourrais plus quitter cette ville que j’aime tant.
Apprécié pour sa grande simplicité, Victor Bensimon nous fait une dernière confidence : “j’ai eu la chance dans ma vie professionnelle de ne pas souvent me tromper en affaires, mais j’ai aussi appris à partager et je crois que c’est le plus beau cadeau que la vie m’a fait...”.

Portrait à retrouver dans l'Infoville n°59 pages 18-19

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris