Elodie Lorandi

Merci Championne et salut !

20190301 ElodieLorandi2Après 13 ans d’une belle carrière dans la natation haut niveau, et un palmarès à faire pâlir bien des sportifs, Elodie Lorandi, notre championne antiboise a décidé de tirer sa révérence. Rencontre avec une sacrée nana !

Elle restera la petite reine des bassins antibois, après plus de 180 titres de championnes de France, 10 titres de championne d’Europe, 2 titres de championne du monde, 7 médailles paralympiques dont 1 en or à Londres et 39 podiums internationaux… Élodie a fait le plein de médailles et peut sereinement envisager l’avenir. 

Après une superbe carrière vous avez décidé d’arrêter la natation…Pourquoi maintenant ?

Après les jeux de Rio, je me suis rendu compte que mon parcours était beau et bien rempli. J’ai su attendre un peu pour ne pas prendre de décision à chaud mais au bout de quelques mois, je me suis dit que je voulais arrêter sur des mondiaux comme j’avais commencé… En 2017, je devais participer aux mondiaux de Mexico qui ont été reportés. J’ai finalement décidé de faire une année de plus pour finir en beauté aux championnats d’Europe de Dublin 2018. Je ne regrette rien. Je ne me regarde pas le nombril mais j’ai à peu près tout vu, tout eu… Alors je me sens très fière de mon parcours. En plus, je suis contente de souffler un peu physiquement et de casser la routine…

Vous restez attachée au club antibois et à la Ville ?

Les valeurs de cette ville, de mon club handisport Antibes Méditerranée sont tout ce que j’ai admiré et adoré pendant toutes ces années. C’est une grande famille et cela ne s’oublie pas. La ville d’Antibes et mon club (HAM) ont tant fait pour moi. Patrick Mercier et Jacques Saulay (N.D.L.R. deux dirigeants du HAM) m’ont tellement appris. J’ai grandi et beaucoup avancé avec eux. Sans oublier Régis Gautier, mon coach.

Quel meilleur souvenir garderez-vous de votre carrière et le pire ?

Les stages en équipe de France et mon titre aux mondiaux en 2013 avec un record du monde ont marqué ma carrière et ma vie. Côté palmarès, c’est l’or aux 400 m nage libre aux jeux de Londres en 2012 que je retiens ! Mon pire moment c’est le décès de mon grand-père en 2014. Après cette épreuve de la vie, tout est devenu très très compliqué. Les entraînements étaient une véritable souffrance… Je crois que c’est une période où j’ai comme perdu la raison de vivre.

Avez-vous le sentiment d’avoir transmis le relais à la nouvelle génération ?

Je n’avais pas spécialement fait attention à cela jusqu’aux championnats d’Europe. Mais en étant capitaine, je me suis rendu compte que la transmission avait été faite avec succès. Les jeunes m’ont même remercié à plusieurs reprises et ça fait vraiment chaud au coeur. Je suis toujours très proche d’eux pour les suivre et les aider s’ils le souhaitent.

20190301 ElodieLorandi1Quelle image de championne pensez-vous laisser ?

D’après ce que j’ai pu entendre, l’image que je transmets c’est la force et le courage et comme je dis toujours « quand on veut, on peut ». Une jeune femme au caractère très fort et la hargne de vaincre. Je ne sais pas si j’ai transformé mon handicap en force mais mon handicap m’a forgé un gros caractère. Je me suis construite avec une petite différence mais avec le coeur qui bat comme tout le monde !

Et maintenant vous allez vous consacrer à quoi ?

Je suis en équipe de France Aviron depuis 2018. Ça a été super rapide ! En 2018, j’avais réussi à concilier les deux sports. Mais maintenant que la natation est terminée, je vais pouvoir tout donner pour l’aviron ! Je suis dans un équipage mixte et nous avons été médaille de bronze aux mondiaux en 2018… Alors pourquoi ne pas rêver de mes 4Jeux mais dans une autre discipline ? Au final, je pense avoir passé l’âge d’être seule dans les défaites comme dans les victoires. Partager les succès et souffrir ensemble me convient mieux maintenant ! (rire). Je suis aussi en train de passer mon diplôme d’auxiliaire de puériculture et je voudrais me consacrer un peu plus à mon association «Sourire & Partage» qui soutient les familles d’enfants gravement malades et réalise les rêves de ces petits bouts de chou.

Les 30 derniers articles de l'actu

Place Guynemer

Une transformation et un nouvel OT Sous le contrôle de...

Marenda Lacan

Les espaces publics en priorité Après la livraison de la...

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris