fbpx

Nikita Paskiewiez, une athlète qui vise le sommet

À 23 ans, elle a tout pour devenir une grande championne de triathlon

20221018 infoville82En juin dernier, Nikita Paskiewiez remportait la version amateur de l’Ironman 70.3 de Nice. En un peu moins de 5 heures, la championne âgée de 23 ans a parcouru : 1,9km en natation, 90km à vélo et 21,1 km à pied ! Une victoire et une performance qui lui permettent de rentrer dans un autre monde : celui des professionnels du triathlon.
« Je pratique le triathlon depuis 2010 après avoir suivi ma mère au club. Dès le début, je me suis prise au jeu et cette année, je pratique essentiellement l’épreuve 70.3. À Nice, j’étais très motivée et j’étais super contente de ma victoire ! Ce succès fait avancer les choses car j’ai décroché une licence pro et je vais pouvoir participer aux plus grandes épreuves de la discipline avec les meilleurs dès le mois de novembre » s’enflamme Nikita, licenciée à Antibes Triathlon.

Pro en novembre

En octobre, la championne s’envole aux États-Unis pour les championnats du Monde amateurs. Un rendez-vous important où elle vise notamment un podium dans sa catégorie d’âge et la meilleure place possible au général. Pour atteindre son objectif, la triathlète s’entraîne dur à raison de 25 à 30h par semaine, sans négliger ses études de marketing et management du sport et en travaillant à temps partiel pour financer ses déplacements sur les compétitions.
« Quand je pars en compétition, tout est à ma charge tout comme pour mes stages ou mon matériel. Je cherche des sponsors donc si des personnes veulent m’aider, c’est avec plaisir. Mon emploi du temps est chargé mais je suis super compétitrice et motivée. Je suis une bosseuse alors je n’ai pas l’impression de souffrir lors des entraînements. Dès que j’enfile un dossard, je suis dans la course » ajoute la championne.
Pour la suite, Nikita espère pratiquer sa discipline à 100% et courir des Ironman (soit 3,8km de natation, 180,2km de cyclisme puis 42,195km en course à pied).
Et pourquoi pas un jour remporter le triathlon d’Embrun, l’épreuve considérée comme la plus difficile au monde !
En attendant, la triathlète s’entraîne pour les Mondiaux à l’image de son plongeon matinal dès 7h30 dans le bassin olympique du stade nautique…

Portrait à retrouver dans l'Infoville n°82 page 26

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris