fbpx

Sébastien Hamard, semeur d'initiatives culturelles

Visage des Nuits Carrées, de la sChOOL, de Coul’Heures d’Automne et bientôt de l’Étang Moderne, cet initiateur d’événements se présente comme un créateur de lien social et culturel

20210211 infoville74Dans le milieu de la création d’événements, son nom est attaché à un territoire, Antibes. C’est sur ce terroir fertile que Sébastien Hamard, fondateur en 2005 de la structure Label Note, sème ses initiatives culturelles. Ses terrains favoris ? Des sites détournés et des lieux excentrés porteurs de sens. Un amphithéâtre au pied du Fort Carré, une ancienne école au quartier de la Croix-Rouge, des murs urbains et bientôt un bâtiment TDF désaffecté au parc de l'Estagnol. Si la cartographie de ces lieux uniques d’événements peut sembler disparate, le lien entre eux est quasi filial. À l’origine se trouve le festival des Nuits Carrées, né en 2007. Il est devenu label historique de qualité de Label Note dans la production de musiques actuelles sur Antibes.
En 14 ans, le festival a bougé. Il se déroule désormais sur trois soirées et distille ses accords « best off » en coeur de ville. « Il reste un festival de territoire un rendez-vous pour le public azuréen d’où son positionnement fin juin. Il a relevé le pari de mixer les publics et les esthétiques rock, hip-hop, métal et alternatives » l’identifie Sébastien. Le festival a aussi fondé l’ADN de l’esprit Label Note, comme outil créateur d’économie culturelle, sociale et solidaire sur notre territoire.
C’est de cette veine qu’en 2009, dans une ancienne école de quartier, naît la sChOOL. « C’est le fruit de ma rencontre avec Julien Verger, qui porte tout le propos pédagogique de la structure. La sChOOL est un lieu de vie à l’année, un lieu de formation, d’incubation et de diffusion de l’art urbain. Elle abrite un club de 75 places qui n’existait pas dans le département et se révèle un formidable outil pédagogique et de diffusion musicale ». En six mois d’existence, la sChOOL comptait déjà 2200 adhérents. Et avant même de souffler sa première bougie, cet incubateur culturel donnait naissance, au travers de ses ateliers d’art graphique, à son plus beau fruit avec Coul’Heures d’Automne. Le nouveau festival d’art urbain d’Antibes, né en plein confinement, doit aussi sa paternité aux initiatives menées en marge des Nuits Carrées avec les fresques d’Animalis et celle éphémère de Nicolas Barrome. En une seule édition, Coul’Heures d’Automne est devenu un événement complet déployé sur tout le territoire avec l’adhésion des habitants.
« Aller transformer l’espace urbain à grande échelle, c’est entrer dans la vie des gens, c’est pour cela qu’avec Jean Leonetti nous avons tenu à cette adhésion collective portée par une exigence de qualité. Le choix des emplacements a aussi beaucoup compté. Le pont des Châtaigniers, dont l’oeuvre relève d’une véritable performance artistique, est une empreinte culturelle colorée laissée dans la vie des gens. Je pense que la période de confinement a encore renforcé le sens de cet événement qui, dès sa première édition, a rencontré son public. Nous avons la chance de travailler avec une collectivité qui nous accorde sa confiance et en une édition Antibes a trouvé sa place de Capitale azuréenne de l’art urbain ».
Le nouveau grand chantier de Label Note avec la Ville pour 2023, c’est « l’Étang Moderne ». Il concerne la réhabilitation, d’un ancien bâtiment TDF à l’architecture Art déco, devenu propriété de la Ville. Le potentiel du lieu est sans limite : 1 500m2 sur trois niveaux plus un toitterrasse implantés au coeur du parc de l'Estagnol, au lieu et place d’un ancien étang. Sa vocation ? Devenir un immense incubateur, accompagnateur et facilitateur d’initiatives sociales et culturelles au sein d’un quartier dense et excentré. À bord, équipements numériques, studios photo et vidéo, outils multimedia de création de contenu comme une radio, ateliers d’artistes, espaces de création, de répétition, d’exposition à destination des habitants et des associations, une cuisine pédagogique, des salles de concert, etc.
Aussi, c’est tout naturellement, que Sébastien Hamard, visage innovant du paysage culturel d’Antibes, s’est engagé dans la grande aventure « Un nouveau regard». « C’est une formidable expérience qui porte une dynamique de concertation et de réflexion sur la culture à Antibes et qui a l’avantage d‘asseoir tous ses acteurs autour d’une même table. L’Étang Moderne, fantastique outil d’implication des habitants et de transmission intergénérationnelle, est déjà le fruit et l’incubateur de cette démarche inédite ».

Portrait à retrouver dans l'Infoville n°74 page 12-13

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris