Culture

Chapelle de la Garoupe

culture bandeau Garoupe

Un site patrimonial emblématique

Après deux ans de restauration dans les règles de l’art, la chapelle de la Garoupe, classée à l’inventaire des monuments historiques et lieu de culte consacré a rouvert ses portes aux visiteurs et aux fidèles. Site emblématique et patrimonial, le sanctuaire de la Garoupe (où se situent la Chapelle de la Garoupe et du Calvaire) est aussi un lieu très populaire qui offre un panorama exceptionnel sur la ville.

La tradition locale veut que, dans l’Antiquité, ce lieu ait été dédié à Séléné, déesse de la Lune. Selon la légende, au début du IVe siècle après J.C., Sainte Hélène, mère de l’empereur Constantin qui fit du christianisme la religion officielle de l’empire romain, se serait arrêtée à Antipolis et aurait souhaité y voir édifier une chapelle sur le plateau de la Garoupe.

À partir de l’édifice actuel, on peut distinguer trois bâtiments dont la chronologie est difficile à déterminer : une tour, la chapelle Notre-Dame de la Garde et la chapelle Sainte-Hélène. La tour pourrait être le premier édifice construit, d’abord en bois, puis en dur au XVe siècle.

La chapelle Notre-Dame de la Garde a probablement été édifiée à la fin du Moyen Âge. En 1520, les pères franciscains ou cordeliers reçoivent un don de René de Savoie, co-seigneur d’Antibes, leur permettant d’agrandir la chapelle.

La chapelle Sainte-Hélène est très probablement postérieure à la chapelle Notre-Dame de la Garde. Les deux édifices ont été longtemps contigus mais distincts. Les deux bâtiments sont réunis extérieurement par un porche. Lors de la Révolution, l’édifice prend le nom de “vedette sans-culotte”, la tour étant un point d’observation remarquable.

Le bâtiment présente deux nefs : la nef principale, dédiée à Notre-Dame de la Garde, la nef secondaire, à Notre-Dame de Bon Port. Cette dernière offre aux visiteurs une vaste fresque réalisée en 1948 par le peintre Édouard Collin.
La nef principale est décorée d’une fresque réalisée par Jacques-Henri Clergues en 1952/ 1953, et inspirée de deux épisodes historiques : l’escale du pape Grégoire XI à Antibes en 1376 et le don de René de Savoie pour l’agrandissement de la chapelle en 1520.
Le retable qui orne le choeur est l’oeuvre du maître-sculpteur Joseph Dolle à qui l’on doit les portes de la cathédrale. Il vient d’être entièrement restauré.

Les objectifs de l’opération

Par délibération du 21 octobre 2011, le Conseil municipal a approuvé le projet de restauration de la Chapelle de la Garoupe et de son bâtiment conventuel.

De nombreux désordres consécutifs à des problèmes d’étanchéité, de dégradation des enduits extérieurs ou de remontée d’eau par capillarité, ayant été constatés, la Chapelle de la Garoupe, édifiée dès le XIIIe siècle, nécessitait d’importants travaux de restauration.
La question de la conservation des nombreux ex-voto que renferme la chapelle, s’imposait également de manière urgente. Faits de matériaux fragiles pour certains, ils n’étaient pas suffisamment protégés, ni mis en valeur.

Après avoir réalisé un diagnostic architectural sanitaire et technique, il est apparu que les travaux suivants étaient nécessaires :

  • La restauration des toitures (travaux de charpente, de couverture et de zinguerie)
  • La restauration des enduits de façades
  • La restauration des espaces intérieurs (enduits intérieurs, éclairage, travaux de métallerie, de menuiserie, installation de chauffage)
  • La protection et la mise en valeur des ex-voto

Dans le cadre de la restauration de la chapelle de la Garoupe, il a été envisagé également une valorisation du site dans sa globalité avec :

  • La restauration du bâtiment conventuel adossé à la chapelle
  • Le réaménagement du jardin
  • La réfection du parvis des chapelles
  • Et enfin la mise aux normes accessibilité

La description des travaux

Les grandes orientations du projet de restauration de la chapelle de la Garoupe et de ses abords ont été pour l’essentiel :

  • L’aménagement des abords qui porte sur deux types d’interventions, d’une part la mise en valeur du jardin sud et du parvis, d’autre part la mise à niveau du site sur le plan de l’accessibilité et de la sécurité.
  • La révision de la toiture de la Chapelle et la réfection de la toiture du bâtiment conventuel
  • L’aménagement du bâtiment conventuel afin de trouver un espace de vente et restauration adéquat avec le site, et en liaison avec le jardin, ainsi qu’un logement à l’étage
  • La restauration des sanitaires publics et leur mise aux normes handicapées
  • Dans la chapelle, la restitution des enduits intérieurs et la mise en scène des ex-voto. Sur l’ensemble de la nef et du bas-côté nord sont disposés des ex-voto occupant la quasi- totalité des murs et piliers
  • La remise à niveau de tous les équipements techniques (électricité et plomberie) et chauffage

Cette campagne de travaux a été réalisée de février 2014 à mai 2015 sur la base des préconisations du rapport d’analyse des sels présents dans les matériaux, ainsi que suite aux demandes de la D.R.A.C. de conserver au maximum les matériaux existant.

Cependant, les travaux de restauration de la Chapelle de la Garoupe étaient pratiquement achevés, lorsque de nombreux désordres consécutifs à des problèmes d’étanchéité et de dégradation des enduits ont été constatés. En effet, en cour de chantier et alors que les enduits intérieurs de la Chapelle de la Garoupe avaient été appliqués, il est apparu de nombreuses traces d’humidité sur les murs ainsi que des efflorescences de sels, ce qui a par conséquence retardé la livraison du chantier. Un diagnostic par un laboratoire spécialisé a été fait avec prélèvements des matériaux et analyses en laboratoire afin de déterminer les traitements idoines pour enrayer le phénomène.
Pour la chapelle et suivant les préconisations techniques, il a été procédé au décroutage complet des enduits, y compris ceux réalisés après-guerre, afin de mettre en évidence les pierres constituant la maçonnerie d’origine. À la suite de cela, un enduit piège à sel général a été appliqué puis un enduit de finition et enfin un badigeon au lait de chaux.
Ces travaux complémentaires ont été réalisés de janvier à mai 2016, par l’entreprise AD’AFFRESCO.

Parallèlement à ces travaux, avec l’aide de la Fondation du Patrimoine et initié par l’association des Amis du Sanctuaire de la Garoupe, le retable de Joseph Dolle a été déposé et restauré par l’entreprise SUD France, spécialisé dans la restauration de mobilier historique. Le retable a été remis en place par cette même société début juin 2016.
Le coût total de l’opération (Commune, DRAC, Conseil Départemental, CASA) est de 1 485 000€, plus 43423€ pour la restauration du retable (souscription publique et Fondation du Patrimoine).

Coordonnées
 
Chapelle de la Garoupe

Horaires d'ouverture
Ouvert tous les jours de 10h à 18h

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris